Social commerce, f-commerce et perspectives 2012

L’avenir du Social commerce en 2012 résidera dans la sociabilisation des sites propres des marques et des entreprises plus que dans la vente sur les réseaux sociaux. En effet, les premières initiatives n’ont pas été très concluantes générant trop peu de ROI. En témoigne l’arrêt des boutiques Facebook aux US de Gap, JC Penney  et Nordstrom qui souligne aujourd’hui les limites du support, malgré ses 845 millions de membres annoncés.

Le Social commerce devrait se reporter sur les sites web des entreprises qui s’en étaient un peu éloignées avec l’omniprésence de Facebook et des réseaux sociaux dans les esprits. En effet, les précurseurs ont tenté des f-boutiques. En 2012, les stratégies social media s’orientent plutôt vers la socialisation des sites des entreprises avec les Facebook Connect, Twitter sign in…. Par précipitation, les marques ont oublié la notion de « shopping social » en pensant e-commerce, sans développer un contenu adapté à cette plateforme et aux attentes des fans.

C’est d’ailleurs l’axe de croissance et de développement annoncé par la Direction Marketing de Facebook avec une stratégie gagnant-gagnant. Le web social est aujourd’hui dévoyé par les dérives publicitaires qui casse ce media. On assiste en parallèle à la création d’unthink, un réseau anti facebook… anti pub, anti commerce.

Ainsi, l’interaction se fera principalement sur le site de l’entreprise et sera relayé sur chacune des plateformes social media. En effet, les consommateurs, producteurs et diffuseurs d’infos eux-mêmes, feront davantage confiance aux avis qualifiés et personnalisés de leurs amis qu’aux anonymes. Les avis seront transmis sous une identité numérique et non des pseudonymes pour valoriser et mutualiser les actions.

En 2012, « Le commerce sera de plus en plus social avec l’achat collectif ou Group Buying, les communautés de consommateurs ou de services Social Shopping et le partage d’achats ou purchase sharing » comme le pense Julien Chaumond dans son livre Social Commerce, sur la rencontre entre le e-commerce et le web social d’aujourd’hui. Avec son associé, Edouard Gasser, ils ont fondé Prodcast dont le slogan est « Faites de vos produits des objets sociaux. » Le concept : partager avec mes amis les produits dont j’ai envie/que j’ai acheté et ainsi « Partager mieux pour consommer mieux ».

Prodcast est ainsi un réseau social de consommateurs, « je consulte les derniers avis de mes amis et j’achète en conséquence par exemple un cadeau à un ami en adéquation avec ce qu’il aime. Ce partage entre amis s’effectue via Facebook/Twitter et Prodcast sur les produits trouvés. » Etant affilié avec Amazon, Prodcast a intégré leur catalogue de plus de 6000 produits et créé des catégories de produits plutôt culturel (musique, vidéo, jeux, livres), ce dont chacun aime le plus parler comme « tel livre est génial je te le conseille ». Idem avec les appli Iphone et Ipad. C’est une solution BtoC. Les contributions sont partagées et grâce à cette confiance, les amis peuvent acheter via le lien d’affiliation, c’est une rémunération à la performance touchée par Prodcast. Et inversement, en BtoB, grâce à Facebook Connect, Sign with Twitter, le site e-marchand héberge la solution Prodcast social-commerce via des boutons qui permettent de liker et le côté viral se poursuit avec le commentaire qui apparaît sur Facebook twitter et Prodcast.

L’initiative dans le domaine de l’automobile pour 2012 de « Toyota Friends » avec un réseau social privé pour les propriétaires de voitures Toyota est un exemple de social commerce avec un bénéfice client. En effet, le constructeur automobile japonais Toyota vient de lancer un réseau social privé d’un nouveau genre, en partenariat avec Salesforce, une entreprise de cloud computing. Le principe : équiper les voitures électriques et hybrides d’un système de communication leur permettant de prévenir le propriétaire de la date du prochain contrôle technique ou de l’état de la batterie. Le système pourra également communiquer avec les concessionnaires. Le système préviendra même d’un léger dysfonctionnement à traiter lors du prochain passage au garage. Par ailleurs, un lien avec une banque aura lieu pour valider la capacité d’achat et la qualité d’un futur acquéreur.

Le réseau social deviendra un canal de communication privilégié entre la marque et ses clients sous réserve que le client y trouve un bénéfice. Les systèmes d’information sont donc aujourd’hui prêts pour croiser et analyser une vaste quantité de données grâce au développement de l’intelligence artificielle.

De façon plus globale, la thèse célèbre du Cluetrain manifesto, ouvrage fondateur des médias sociaux et des nouvelles approches de marketing sur internet aux US, rappelle à juste titre que « les marchés sont des conversations », lieux d’information et d’échanges.

C’est pourquoi nous croyons plus aujourd’hui au m-commerce qu’au f-commerce compte tenu de l’explosion des partages sur les plateformes sociales en mobilité : le social media sera de plus en plus mobile.

 

Ce contenu a été publié dans KPIs & ROI, Médias Sociaux, Stratégies d'Entreprise, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.